Accueil > Dossiers > Dossiers > Tracts > Interpro > Le 26 mai, des grèves !

Le 26 mai, des grèves !

Les 8 organisations syndicales nationales « appellent les salariés à faire du 26 mai une journée de mobilisations décentralisées ». Cette formule est le fruit d’un compromis entre des positions initialement assez éloignées sur la nécessité d’organiser une action interprofessionnelle nationale.

L’Union syndicale Solidaires souhaitait un appel ferme à la grève, considérant qu’il est de la responsabilité des organisations syndicales d’impulser l’action, au niveau nécessaire pour gagner. Et pour gagner, face au patronat et au gouvernement arc-boutés sur la défense des privilèges des plus riches, il faut une action forte. Les nombreux/ses salarié-e-s victimes de plans de licenciement, du chômage partiel, toutes celles et tous ceux qui survivent avec des revenus de misère savent que nous n’avons pas le choix : il faut se battre collectivement, pour imposer une
autre logique que celle du « toujours plus pour les plus riches … toujours moins pour les salarié-e-s, les retraité-e-s, les jeunes » !

A partir de l’appel unitaire national, les équipes militantes locales proches du terrain, montrent qu’elles partagent cette volonté d’aller plus loin. Dans de nombreux départements, les unions interprofessionnelles CGT, CFDT, CFTC, CGC, UNSA, Solidaires, FSU appellent à la grève le 26 mai.

Dans les secteurs professionnels aussi, les appels à la grève le 26 mai se multiplient : SNCF, La Poste, Finances, … alors que des grèves sont reconduites depuis des jours voire plusieurs semaines à EDF/GDF-Suez, dans la Recherche, les Universités, la restauration ferroviaire … la mobilisation se poursuit aussi dans le secteur Santé/Social … des grèves touchent aussi de nombreuses entreprises de l’industrie, des commerces et services.

Le 13 juin, dans la rue…

Le samedi 13 juin, sera une journée nationale de manifestations dans tout le pays. Préparons ces manifestations dans l’unité !

Tous ensemble, salarié-e-s, chômeurs/ses , précaires, retraité-es, nous devons être des millions dans la rue pour exiger un autre partage des richesses, des réponses urgentes aux situations graves que nous vivons … et pour faire comprendre au gouvernement et au patronat qu’ils ne sont pas quittes avec les luttes !

Discutons, proposons, et construisons ensemble le mouvement qui est nécessaire

L’Union syndicale Solidaires met en avant 4 thèmes de revendications :

  • Interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des profits et mise en place d’un statut du salarié, indemnisation à 100% du chômage partiel payé exclusivement par un fond patronal mutualisé,
    réduction du temps de travail, car les salarié-e-s n’ont pas à payer la crise alors que les entreprises accumulent les profits.
  • Augmentation générale des salaires, des pensions, du SMIC et des minima sociaux, 300 € pour toutes et tous immédiatement, parce que les salarié-e-s n’ont pas à payer la crise, alors que patronat et actionnaires engrangent toujours dividendes et rémunérations exorbitantes.
  • Des moyens supplémentaires, l’arrêt des suppressions d’emploi et de nouvelles orientations pour les services publics, pour que les droits fondamentaux soient accessibles à toute la population : emploi, santé,
    éducation, transport, communication…
  • En finir avec la fiscalité qui favorise les riches : suppression du bouclier fiscal, du paquet fiscal, de la défiscalisation des heures supplémentaires, suppression de la TVA sur les produits de première nécessité et taxation accrue des ménages les plus riches.

Le débat et les propositions doivent aussi porter sur la stratégie d’action syndicale.

Les syndicats et unions interprofessionnelles Solidaires, réunis en comité national les 13 et 14 mai ont réaffirmé :

  • L’unité syndicale est une demande essentielle, un besoin pour être
    encore plus forts.
  • Cette unité doit servir à l’action, au niveau nécessaire, c’est-à-dire à
    construire un mouvement qui rassemble les salarié-e-s du public et du privé, les chômeurs/ses, les retraité-e-s, les jeunes en formation, pour gagner.
  • Les journées d’action espacées dans le temps ne suffiront pas, nous serons plus efficaces par un mouvement interprofessionnel reconductible.

Ensemble, construisons nos luttes !

PDF - 77.1 ko
Télécharger le tract Solidaires "Le 26 mai, des grèves"


Article publié le mardi 19 mai 2009