Accueil > Action syndicale et instances > Comité technique ministériel (CTM) > CTPM du 29 avril : LE GRAND NULLE PART !

CTPM du 29 avril : LE GRAND NULLE PART !


Compte-rendu des représentants de Sud du CTPM du 29 avril 2010

Un CTPM plein de surprises et de rebondissements…

9h35 / ouverture de l’instance après vérification du quorum. La CFDT tient le secrétariat adjoint (cette précision est d’importance pour la suite).

On attaque les déclarations liminaires et la CFDT ouvre le bal en interpellant le DAGEMO sur les problèmes de mise en place des DIRECCTE et la souffrance au travail de tous les agents induite par cette mise en place.

A l’issue de cette déclaration, notant comme toutes les OS l’ont déjà fait maintes et maintes fois de l’absence de dialogue social, l’absence de réponses aux questions posées, l’état dans lequel l’administration tient les OS en ignorant ou feignant d’ignorer questions, revendications, déclarations, etc, les représentants CFDT se lèvent et partent !

Embarras, voire stupeur, de l’ensemble de la parité administrative et le dagemo tente de retenir la CFDT.

Les OS demandent alors une suspension de séance. Pendant cette suspension, les OS (SUD, CGT, SNU, FO, UNSA) décident de lire leurs déclarations, d’écouter les réponses du dagemo et de quitter la séance.

Les réponses du dagemo sont édifiantes ; à l’entendre, ce sont les organisations syndicales qui sont responsables des difficultés rencontrées par les agents du ministère :
Si les contrôleurs n’ont pas d’augmentation de rémunération c’est parce que les OS refusent d’adhérer au NES ;
Si les C disparaissent de nos services c’est la conséquence mécanique de la création de postes de B et A dans le cadre du PDMIT (postes réclamés depuis des années par les OS !) ;
Si la souffrance au travail n’est pas prise sérieusement en compte c’est parce que les OS refusent la mise en place d’un questionnaire pourtant établi sur des bases scientifiques sérieuses et incontestables ;
Si les réformes ont trainé dans leur mise en place c’est aussi parce que les OS ont tout fait pour retarder la sortie du tunnel.

Nous tenons ici à préciser que nous ne sommes en rien responsables, malgré tous nos efforts, dans l’éruption de tel ou tel volcan et dans les difficultés de transports qui en résulteraient.

Le dagemo a tout de même trouvé un motif pour se réjouir : la promotion de C en B.
En 3 ans, 438 adjoints administratifs des services travail sont devenus agents de catégorie B (CT ou SA).
Comme tout va mal à cause des OS, continuons dans la même veine. Nous ne pouvons pas nous réjouir avec lui de ce chiffre car cela représente moins de 10% des agents de la catégorie. Par ailleurs la réussite à l’examen professionnel en CT tient plus du travail de l’agent que de la volonté de promotion de l’administration tout comme la réussite au concours de SA.

Toutes les organisations syndicales ont redemandé à être reçues par le ministre et son cabinet pour l’ouverture de négociations concernant les CT.
Le dagemo a rappelé la position de l’ex cabinet à ce sujet en précisant que le nouveau était sur la même longueur d’ondes :
- pas de passage en A type
- l’adhésion au NES est de l’intérêt des agents (« ce qui est acquis est bon à prendre et le plus tôt est le mieux »)
- à l’intérieur de la catégorie B et entre les 2 bornes ci-dessus définies, il y a des espaces de négociations ouverts.

ALORS………………………. TOUS EN GREVE LE 6 MAI !

Enfin, SUD avait interpellé le dagemo le 13 avril et dans le même temps l’IGAS (voir les courriers joints au présent compte rendu) pour l’inscription à l’ordre du jour de l’impact de la RGPP2 dans les services. Sa réponse a été limpide : « Tout est à l’état de projet, rien n’est communicable. Vous serez consultés lorsque les décisions seront arrêtées ». (Monsieur est trop bon !...)

Et c’est fini ! (12h15)

Paris, le 29 avril 2010


Article publié le mardi 4 mai 2010