Accueil > Droits des agents > Statuts-Carrières-Mobilité > Contrôleurs/euses du travail > JOURNEE D’ACTION DES CONTROLEURS DU 6 MAI 2010

JOURNEE D’ACTION DES CONTROLEURS DU 6 MAI 2010

Cela fait plaisir…
Près de 400 agents ont répondu à l’appel intersyndical et du collectif des contrôleurs pour faire entendre leur refus d’être intégrés dans le nouvel espace statutaire NES.
Ils étaient présents, mobilisés, à la Bourse du travail de Paris

La matinée a été consacrée à la définition de la composition de la délégation qui serait reçue l’après midi au cabinet ministériel, , et à la clarification de la revendication à porter, toutes les organisations syndicales ne portant pas précisément la même.

Après que les organisations syndicales aient défini leurs représentants, SUD laissant la place à un membre du collectif, les débats ont porté sur le mot d’ordre à présenter par la délégation.

Chaque organisation a rappelé sa revendication et les quelques divergences ont été suivies des réactions de l’assemblée.

Comme le veut l’usage, une motion rassemblant les éléments communs a été soumise au vote des présents, elle est la suivante :

-non à l’intégration des contrôleurs dans le NES ;
- maintien du statut particulier des contrôleurs du travail ;
- attribution de la grille de A Type aux contrôleurs du travail.

L’assemblée (360 présents et 40 limousins qui avaient envoyé un mandat) a adopté, avec deux contre et sept abstentions, ces trois éléments de revendication.

L’ensemble des organisations syndicales soutiennent cette plateforme.

Une date de prochaine montée à Paris a été proposée au 23 septembre prochain, avec des actions locales d’ici là.

L’après-midi, à 14h, des agents de la région parisienne ont rejoint les manifestants à Montparnasse, avec casques et multiples messages de ras le bol.
Une manifestation colorée, mobilisée, avec de nombreuses délégations de province (Nord Pas de Calais, Toulouse, Centre, Lorraine, Bretagne, Pays de Loire, Lyon, Picardie, Poitou, Montpellier, Basse et haute Normandie, Grenoble… à travers Paris de Montparnasse à Grenelle des 400 agents (une première !) pour demander la revalorisation du statut des contrôleurs, une véritable reconnaissance à la place d’une déqualification, banderoles à bout de bras et sifflets dans les bouches,..

NON, NON et NON au NES…………..OUI, OUI et OUI à la grille de A Type

Voilà le slogan le plus chanté dans le paysage parisien.

Une délégation de 12 personnes dont 9 CT dont une non syndiquée membre du collectif Paris dans la délégation sud a été reçue. (Les Pays de Loire ayant manifesté le souhait d’avoir une représentation uniquement de contrôleurs)

Rencontre du 6 mai entre représentants syndicaux et Madame ARCHIEN , Conseillère Sociale de WOERTH en présence du DAGEMO et de Mme LE CORRE.

Madame ARCHIEN nous demande de lui présenter le problème, même si elle a consulté le dossier.
Il lui est d’abord communiqué que 400 agents, réunis en Assemblée Générale à la Bourse du Travail, ont voté la motion suivante :

- Non à l’intégration des contrôleurs du travail dans le NES ;
- Maintien du statut particulier du corps de contrôleurs du travail ;
- Attribution de la grille de A Type aux contrôleurs du travail.

Il est également précisé que toutes les organisations syndicales présentes soutiennent ces revendications.
Ensuite, chacun des membres de la délégation, à tour de rôle, a apporté les arguments justifiant ces demandes.

Tout, absolument tout, a été dit :
- l’ancienneté du problème ;
- les différentes étapes, avec des projets souvent plus favorables que le NES ;
- le CES ;
- l’Europe ;
- le PMDIT et LARCHER ;
- le niveau de recrutement ;
- les écarts d’indice entre BAC, BAC+2 et BAC+3 ;
- le projet de réforme de la grille de A ;
- la pétition ;
- la technicité , la responsabilité, les relations avec Préfet et autres, les difficultés dans les moins de 50, les risques, les agressions, le fait que les interventions en inspection sont à 80% effectuées par des contrôleurs ;
- la particularité du contrôle « seul » ;
- le marché de dupes du NES qui constitue une déqualification ;
- la réponse du BIT ;
- la lettre de WOERTH qui évoque la nécessité de réserver une autre issue à certains corps de CII, dont les contrôleurs du travail.

Après cette présentation, le DAGEMO a tenu à faire deux observations :
- La première pour dire que la déclaration de WOERTH sur l’attention à apporter à certains corps de CII ne dit pas que c’est une issue en catégorie A.
- La deuxième pour dire que si le NES constitue une déqualification, ce ne peut être que sur l’aspect symbolique, car il y a bien pour les contrôleurs une revalorisation, même si, il en convient, elle reste modeste !!!.

Il lui a été fait remarquer qu’on ne connaissait même pas la simulation de l’intégration des contrôleurs dans ce NES.

Enfin, il a été demandé à Madame la Conseillère si elle avait une proposition ou une annonce à nous faire, vu l’attente des collègues dans la rue.

Elle a alors expliqué que le Ministre avait un mode de fonctionnement en trois temps, « écoute, analyse, discussion », et que nous étions dans le premier.

Il lui a été dit qu’on n’imaginait pas ressortir dans ces conditions et que la moindre des choses était de fixer une date pour une prochaine rencontre.

Refusé, on est en phase d’installation, impossible de donner un délai mais on reprendra contact.

Il est ensuite demandé au DAGEMO quel est l’état de la réflexion avec la DGT sur le devenir des contrôleurs invoquée dans les documents fournis au dernier CTPM .

Il est répondu que cette réflexion dure depuis 18 mois et qu’elle porte sur deux hypothèses, une dans le NES et une hors NES, « mais je ne vous en dirais pas plus aujourd’hui ».

Pour terminer, il a été fait remarquer que des collègues étaient en grève, et qu’il y avait une forte manifestation dans la rue, et que la colère allait s’amplifier, et les initiatives fleurir.


Article publié le samedi 8 mai 2010