Accueil > Dossiers > Dossiers > Les Retraites > Retraites : Travailler plus longtemps ???

Retraites : Travailler plus longtemps ???

“On vit plus vieux, il faut travailler plus longtemps” . Cette rengaine est régulièrement avancée
pour justifier l’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge de départ à la retraite
.Pourtant, à y regarder de plus près, cet apparent bon sens ne résiste pas à l’analyse .

Un progrès social !
L’accroissement de l’espérance de vie ne date pas d’aujourd’hui.
L’institut national d’études démographiques (Ined) le
fait remonter à 250 ans. Certes interrompue par les guerres, la
progression de l’espérance de vie à la naissance est régulière.
De 30 ans à la fin du 18ème siècle, elle passe à 37 ans en 1810
pour atteindre 45 ans en 1900. Au 20ème siècle, grâce à une
forte chute de la mortalité infantile, elle dépasse 80 ans en
2004.
baisse régulière du temps passé au travail
Cet accroissement de l’espérance de vie n’a pas empêché que
le temps passé au travail diminue régulièrement : la durée
hebdomadaire de travail a diminué, ainsi que le nombre
d’heures passé au travail dans une vie. En France, du 19ème
siècle à la fin du 20ème siècle, le temps de travail annuel individuel
a été divisé par deux pendant que le nombre d’emplois
augmentait de trois quarts.
Cela a été permis par un accroissement de la productivité
horaire du travail supérieur à celui de la richesse produite.
Ainsi, durant cette même période, la productivité horaire a été
multipliée par environ 30, la production par 26 et l’emploi
total par 1,75. “L’espérance apparente de vie professionnelle”,
qui fournit une estimation du nombre d’années travaillées,
a ainsi baissé pour les hommes de 20 ans entre 1930
et 2000.
prendre en compte l’espérance de vie en bonne santé
La conclusion à tirer de ces chiffres est sans ambiguïté : le
partage de la richesse produite peut permettre que l’accroissement
de l’espérance de vie s’accompagne d’une diminution
du temps passé au travail. C’est ce que l’on appelle le
progrès.
Mais, de plus, il faut prendre en compte l’espérance de vie
« en bonne santé », c’est-à-dire sans incapacité majeure. Une
étude de l’Ined indique : « Ainsi, à 60 ans, un homme peut
espérer vivre encore 21 années, mais avec seulement la moitié
sans aucune des incapacités considérées dans l’étude. Et si
les femmes ont une espérance de vie plus longue que les
hommes, elles passent finalement plus d’années avec des
incapacités, en particulier avec des incapacités modérées ».
On voit donc que tout départ en retraite tardif obère de façon
non négligeable le temps dont les salariés disposent pour
jouir réellement de leur retraite.

PDF - 167.9 ko
retraite travail plus long
tract retraites travailler plus longtemps


Article publié le samedi 8 mai 2010