Accueil > Actualités et luttes > Actualités > Suicide de Romain : un an après

Suicide de Romain : un an après

Cela fera un an le 18 janvier 2013, que notre collègue et camarade Romain Lecoustre s’est suicidé. L’émotion et la colère suscitées par ce suicide, après celui Luc Beal Rainaldy, montre que les difficultés et le harcèlement dont a été victime Romain est entré en résonance pour les agents du ministère. Par contre, la prise de conscience hiérarchique et ministérielle, elle, n’a pas eu lieu.

Le ministre a-t-il engagé une procédure disciplinaire pour sanctionner les fautes qui ont conduit au suicide ? Non ! Le ministre a-t-il pris la mesure de la souffrance au travail et engagé les mesures adéquates ? Pas plus ! En fait, la seule mesure prise a été le déplacement de directeurs éclaboussés, reconnaissance pour le moins soft de la faute sans aucune conséquence disciplinaire pour l’intéressé. Pour rappel, le directeur adjoint de Romain a été muté à la DGT (ce qui avait déjà été le cas quelques années auparavant pour des comportements analogues de sa part dans la Somme), son directeur départemental est toujours en place et la directrice régionale d’alors a été mutée à l’IGAS. Ça ressemblerait presque à une promotion !

Alors quoi ? Les causes professionnelles du suicide ont été reconnues, la pression et le mépris hiérarchique établis, la gestion administrative consécutive à sa tentative de suicide et précédant son suicide une catastrophe, mais bien sûr personne n’a commis de faute et tout le monde a bien fait son travail.

Un agent s’est simplement suicidé, son dossier peut être archivé ?!

Certainement pas !

Et le ministre Sapin dans tout ça, qu’a-t-il fait au passage dans cette affaire ? Rien, strictement rien, et c’est ce qui est révoltant : il a réussi au passage le tour de force de faire moins que son prédécesseur Bertrand qui a fini à force de lutte des agents par reconnaitre l’origine professionnelle du suicide de Romain. Pire dès le mois de juillet, le ministre Sapin enjoignait les agents à tourner la page - facile à dire - poussant même au mois de décembre jusqu’à la provocation en plaignant la pauvre haute hiérarchie victime des « prises à partie personnelles injustes » dont elle serait victime et pointant un doigt menaçant sur les agents boycotteurs : c’est le monde à l’envers.

Et Romain dans tout ça, et son suicide ?

Oublié ?

Pas pour nous et surtout pas pour sa famille qui a décidé de porter plainte. SUD Travail a décidé de soutenir pleinement cette plainte en se constituant partie civile.

SOUTENONS LA FAMILLE DE ROMAIN, SOUTENONS CETTE PLAINTE
POUR QU’ENFIN UN PEU DE JUSTICE PUISSE ÊTRE RENDUE

PDF - 197.4 ko
Tract suicide de Romain, un an après - SUD Travail janvier 2013


Article publié le mardi 29 janvier 2013