Accueil > Actualités et luttes > Droits des femmes, discriminations sexistes et égalité professionnelle > Au Ministère du travail, la discrimination sexiste est de rigueur (...)

Au Ministère du travail, la discrimination sexiste est de rigueur !

Dossier du syndicat SUD Travail Affaires sociales

La discrimination envers les femmes est orchestrée à tous les étages.

Le ministère de "l’égalité professionnelle" et de la Charte Diversité cache volontairement et depuis toujours toute donnée chiffrée sexuée sur les primes, qui pèsent entre 15 et 45% du salaire.

Mais les chiffres communiqués sur les promotions, concours … n’arrivent pas à cacher une discrimination envers les femmes, durable et pénalement répréhensible.

Depuis la création de SUD Travail, nous essayons de faire avancer dans la réalité l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes au Ministère du travail.

Puisque la haute hiérarchie est très largement tenue par des hommes, c’est un combat qu’il faut mener inlassablement, et il ne s’agit pas d’une lutte mineure, puisqu’elle concerne la très grande majorité des agents du Ministère

Nous ne lâchons pas. Il nous faut continuer à faire preuve de ténacité…

SUD TAS a mené des actions devant le Tribunal Administratif, devant la HALDE (voir annexes).

Nous avons rédigé un premier recours sur la liste des promotions au choix de contrôleur en inspecteur où les hommes étaient nettement favorisés sur les listes d’aptitude.
Depuis, le DRH est attentif au respect de la proportion d’agentes promouvables (par ex. : 73% de femmes sont contrôleurs).

Nous avons fait un recours contre la nomination de très supérieurs hiérarchiques (il y a 4 ans, pour les postes de DIRECCTES, RUT et secrétaires généraux, ont été nommés 50 hommes et 5 femmes).

Nous avons également fait un recours contre le premier EPIT, examen dont les femmes ont été écartées largement par le jury … présidé par une femme.

Parallèlement nous avons examiné à la loupe les différents bilans sociaux transmis à nos représentants au CTM et avons alerté, demandé, exigé, année après année, d’avoir communication des rémunérations différenciées des hommes et des femmes qui ne figuraient pas sur ces documents.

Si les traitements indiciaires sont identiques pour les hommes et les femmes (puisque définis par la fonction publique), il n’en va pas de même pour les primes. C’est une bonne raison pour l’administration de faire régner dans ce domaine l’opacité maximum et refuser de « divulguer » toute information. Le dernier bilan social, celui de 2013 en est la parfaite illustration !

Télécharger le dossier :

PDF - 1.2 Mo
Dossier discriminations sexistes_SUD Travail_Sept 2015

Télécharger les annexes :

PDF - 519.5 ko
Dossier discriminations sexistes_Annexes_SUD Travail_Sept 2015

Télécharger la lettre à la Ministre, Mme EL KHOMRI :

PDF - 345 ko
Discriminations sexistes_Lettre Ministre Mme EL KHOMRI_SUS Travail_Sept 2015


Article publié le vendredi 2 octobre 2015